Manifest for an environmental geography (in France)

cover of Chartier, D & E Rodary, eds. 2016. Manifeste pour une géographie environnementale. Paris: Les Presses Sciences Po.

In September 2010, fifteen prominent senior French geographers, under the auspices of the Société de Géographie, held a one-day colloquium entitled Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête (The sky will not fall on our heads). The participants critiqued the “prevailing obfuscation, radical environmentalism, de-growth, denial of science, and faith in humanity”[1]. While many geographers can sympathise with critiques of simplified or overly catastrophic environmental narratives, as well as with critiques of bad science, this book went much further. It verged on climate change denial and was underlain by the assumption that we need no changes to our lifestyles.[2]  In direct response, two younger geographers named Denis Chartier and Estienne Rodary organized a conference entitled Géographie, Écologie, Politique: un climat de changement at the Université d’Orléans in September 2012 (see my blog entry at the time). Participants in Orléans expressed frustration with what they saw as the dominant school, the old guard. This conference also led to an edited volume, titled Manifeste pour une géographie environnementale, finally published a few months ago – the reason for this blog entry.

The book’s blurb (see translated version on Stuart Eldon’s site) critiques French geography for refusing to address the “ecological question” from a political angle, and suggests a reformulation of French geography. While the situation is certainly less black-and-white than the juxtaposition of these two conferences suggests, French geography does appear to be facing a generational shift, with newcomers more strongly influenced by theoretical currents in the anglophone literature, including political ecology. The book is a useful combination of reflections on the discipline, international comparisons, and research case studies, as the table of contents reproduced below outlines.  Bonne lecture!

INTRODUCTION / GÉOGRAPHIE, ÉCOLOGIE, POLITIQUE UN CLIMAT DE CHANGEMENT by Denis Chartier et Estienne Rodary  (see a related article that they wrote several years earlier here in Espace Politique, also their chapter in Raymond Bryant’s International Handbook of Political Ecology)
Une géographie contre le déterminisme ?
Une géographie apolitique ?
Pour une géographie environnementale
Faire de la géographie environnementale…une gaïagraphie

Chapitre 1 / ANTIMALTHUSIANISME OU DARWINISME ?  DES LIMITES D’UNE GÉOGRAPHIE ANTI-ÉCOLOGISTE À UNE POLITIQUE DES LIMITES GÉOGRAPHIQUES by Christophe Grenier
Résister au catastrophisme
Quelle crise écologique ?
L’ignorance de la biologie de la conservation
Une critique outrancière de l’écologie politique
« Mise sous cloche » et « désenclavement »
Les limites d’un genre de vie
Contre des limites « malthusiennes »
Conclusion : une politique des limites géographiques

Chapitre 2 / QUELQUE PART ENTRE TOUTATIS ET GAÏA: LA GÉOGRAPHIE FRANÇAISE PEUT CONTRIBUER AUX QUESTIONS DE L’ÉCOLOGIE by Baptiste Hautdidier
La géographie française est-elle isolée ?
Les revues de géographie généralistes et l’environnement : un aperçu bibliométrique
New ecology et pastoralisme : les leçons d’un dialogue
Quel programme ?

Chapitre 3 / POURQUOI ÉLISÉE RECLUS A CHOISI LA GÉOGRAPHIE ET NON L’ÉCOLOGIE by Philippe Pelletier
La révolution darwinienne et la géographie
Haeckel, l’écologie et le monisme
Le milieu, notion positiviste
La mésologie de Bertillon
Reclus et la mésologie
Le milieu, notion dynamique contre le déterminisme géographique et historique
Les trois « lois » reclusiennes
Le milieu reclusien n’est pas le milieu vidalien
Reclus, critique de Haeckel
Conclusion

Chapitre 4 / GÉOGRAPHIE-ÉCOLOGIE: OCCASIONS MANQUÉES ET OPPORTUNITÉS by Patrick Matagne
La notion de Raubwirtschaft
Les apports de la biogéographie et du darwinisme
Les premiers mouvements environnementalistes états-uniens
Les tentatives de quelques « passeurs » français
L’écologie du paysage : une nouvelle opportunité pour la problématisation de la relation « nature-société » ?
Conclusion

Chapitre 5 / UNE HISTOIRE CONTEMPORAINE DE LA GÉOGRAPHIE FRANÇAISE DE L’ANIMAL by Farid Benhammou
Une géographie « classique » traitant de l’animal
« L’Homme, maître et créateur de la nature » : la zoogéographie de Xavier de Planhol
Vers une géographie humaine et politique de l’animal : un renouveau prometteur et hétéroclite
Conclusion

Chapitre 6 / TROUVER LE BORD DU MILIEU: LES OCCASIONS MANQUÉES D’UNE ÉCOLOGIE POLITIQUE DE LA LIMITE by Pierre-Olivier Garcia et Jérémy Grangé
La Raubwirtschaft et la limite
William Bunge : une critique géobiologique du capitalisme
Retour vers le futur : à quoi cela sert-il ?

Chapitre 7 / FORÊTS VERSUS SAVANES: L’HÉRITAGE D’UN FORESTIER COLONIAL EN ÉCOLOGIE ET GÉOGRAPHIE TROPICALE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST by Aziz Ballouche
André Aubréville : forêts et savanes sous le regard du botaniste forestier
Un modèle support de l’action environnementale coloniale
Entre héritage et persistances, des enjeux scientifiques et pratiques toujours actuels
Conclusion

Chapitre 8 / LA CONTRIBUTION SINGULIÈRE DE CARL SAUER À L’ÉMERGENCE D’UNE SENSIBILITÉ ÉCOLOGIQUE EN GÉOGRAPHIE by Jean-Marc Zaninetti et Kent Mathewson
Le parcours scientifique de Carl Sauer dans son contexte épistémologique
Les sources de la réflexion de Carl Sauer sur l’exploitation destructrice
L’apport conceptuel de Carl Sauer sur l’économie prédatrice
La postérité de Carl Sauer
Conclusion

Chapitre 9 / LA GÉOGRAPHIE FACE AUX DÉFIS ENVIRONNEMENTAUX DANS LE MONDE ANGLOPHONE:  by Christian A. Kull et Simon P. J. Batterbury
La géographie anglophone avant 1970
L’appareillage des études environnementales : le bateau manqué
La diversification des approches géographiques
Political ecology, opportunités et excès poststructurels
Grandeur et décadence de la pensée poststructurelle
Géographie engagée
Conclusion

Chapitre 10 / RADICAL POLITICAL ECOLOGY ET WATER STUDIES:  QUELS APPORTS POUR LA GÉOGRAPHIE DE L’ENVIRONNEMENT EN FRANCE ? by David Blanchon
Une branche « radicale » de la political ecology
La radical political ecology et le thème de l’eau
Les apports de la RPE pour la géographie de l’environnement française
Vers une repolitisation de la géographie environnementale ?

Chapitre 11 / BIOGÉOGRAPHIE:  DE LA MARGINALISATION À UNE SCIENCE DE L’ENVIRONNEMENT INTERDISCIPLINAIRE, by Frédéric Alexandre et Alain Génin
La biogéographie appliquée à l’aménagement rationnel des espaces ruraux
La reconnaissance de systèmes socioécologiques et le renouveau de l’analyse des paysages
La biogéographie et les nouveaux questionnements environnementaux
Conclusion

Chapitre 12 / LES ÉCHELLES DU FEU DE LA BROUSSE:  UNE EXPLORATION GÉOGRAPHIQUE DES DYNAMIQUES ENVIRONNEMENTALES À L’OUEST DU BURKINA FASO by Sébastien Caillault
La saturation spatiale : les « forêts classées » face aux brousses exploitées des habitants
Les feux tardifs et précoces : discours et réalités d’une catégorisation ancienne
Paysage, analyse spatiale et political ecology pour aborder une question environnementale en géographie
Conclusion

Chapitre 13 / LA RECONSTRUCTION D’UNE « GÉOGRAPHIE NATURALISTE » by Emmanuèle Gautier et Pierre Pech
Pourquoi la géographie, surtout française, a‑t‑elle perdu son rôle de science environnementale ?
Le retournement pragmatique de la géographie physique
Placer la géographie au cœur des réflexions environnementales
Conclusion

Chapitre 14 / ÉTAT, INFORMATION ENVIRONNEMENTALE ET POUVOIR: CE QUE CHANGE L’INTERNET EN ARGENTINE, EN BOLIVIE ET AU BRÉSIL, by Pierre Gautreau
L’internet comme contrainte pour les pouvoirs publics
Les pratiques publiques sur le web environnemental
Web et mutation des politiques publiques d’information : de l’autorité à la légitimité
Conclusion

Chapitre 15 / POUR UNE « GÉOGRAPHIE DU POUVOIR »: L’APPORT D’UNE EXPÉRIENCE PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DE LA QUESTION DE LA POLLUTION MÉDICAMENTEUSE by Frédérique Blot
Entre idéal d’interdisciplinarité et pluridisciplinarité instrumentalisée
Approche constructiviste de la pollution : vers une problématique relationnelle
Changement de référentiel politique « qualitatif »
Les médicaments, des polluants émergents ?
Résidus médicamenteux et relations aux milieux aquatiques : un système relationnel complexe
Résilience du référentiel et des relations sociétés-écosystèmes aquatiques
La médiatisation des résultats scientifiques : favoriser des relations moins dissymétriques ?
Pour une géographie du pouvoir

Chapitre 16 / RÉSILIENCE, DÉMODERNISATION FORCÉE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE by Olivier Soubeyran
Penser la résilience par la « démodernisation forcée »
Retour sur Katrina : entre catastrophe naturelle et démodernisation forcée
De la résilience à la tentation immunitaire… et retour

 

[1] Quote from conference résumé by Christophe Madeleine.  The proceedings were soon afterwards published as an edited volume under the same title (Brunel, S & J-R Pitte, eds. 2010. Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête : 15 grands scientifiques géographes nous rassurent sur notre avenir: JC Lattès).

[2] See also diverse critiques, e.g. this one by Yann Kindo or this one by Hautdidier & Morin.

 

Advertisements

One Response to Manifest for an environmental geography (in France)

  1. Arthur & Annelies says:

    Your comment about the French Geography establishment bordering on climate change denial made me think of the discussion over a beer I had last week with a retired nuclear physicist. It is just unbelievable how many people here, especially some who call themselves scientists, are climate change deniers. That is probably a reflection of the adherence to right wing political convictions. Fox News is big here!

    I have just started reading our next book for the Men’s Book Club: “Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming” by Naomi Oreskes and Erik Conway. As stated on the back page, this book tells, with brutal clarity, the disquieting story of how a loose-knit group of high-level scientists and scientific advisors, with deep connections in politics and industry, ran effective campaigns to mislead the public and deny well-established scientific knowledge over four decades. The same individuals who claim the science of global warming is not settled have also denied the truth about studies linking smoking to lung cancer, coal smoke to acid rain, and CFC’s to the ozone hole. “Doubt is our product”, wrote one tobacco executives. These “experts” supplied it. “Merchants of Doubt” rolls back the rug on this dark corner of American science.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: